"Bonjour tristesse" Françoise Sagan

Publié le par Aurelie

Bonjour tristesse

Françoise Sagan

Pocket

 

 

9782266187763.jpegCécile a 17 ans. Quand sa mère est morte, son père l'a placée dans une pension avant de la récupérer quelques années plus tôt. Joyeux veuf et séducteur, il fait mener à sa fille une vie de plaisirs faciles dans la haute société. Ils vont passer des vacances avec une conquête du père, Elsa, sorte de potiche rousse qui crame au soleil. Rapidement éclipsée par Anne, une ancienne amie de la mère de Cécile, intelligente et séduisante. Elle porte un oeil critique sur la vie de la famille et pousse Cécile à étudier pour son bac.

 

 

(Désolée pour cette longue absence estivale... Je ne suis pas partie mais j'ai eu l'angoisse de la page écrite! Je n'ai presque pas ouvert un livre de l'été ou seulement pour être déçue.)

 

Après avoir apprécié Aimez-vous Brahms, je me suis relancée cet été dans la lecture d'un Sagan que j'avais acquis un Noël dans un joli coffret. Mais j'ai été moins enthousiasmée.

 

L'histoire se déroule sous l'oeil de Cécile, le narrateur, qui essaie plus ou moins de se faire croire qu'elle contrôle les événements. Elle fait se récit et revient sur ses souvenirs. L'atmosphère est pesante dès le début et annonce une fin terrible ou... triste. Les personnages dépeints sont insouciants et se définissent par leur absence de morale. Ils sont malléables, se laissent porter par le courant, incarnations de la paresse. Ces caractéristiques les rendent étrangement irréels et transparents. Lorsqu'ils se trouvent confrontés à des émotions fortes, l'adrénaline les emporte plus loin qu'il ne faudrait. Un manque de maturité? A l'issue du roman, Cécile et son père découvrent ce nouveau sentiment qu'est la tristesse qui les accompagne dans le retour à leur vie légère.

 

La tristesse pour moi ne vient pas de l'issue mais bien de l'inconsistance de ces personnages. Cela m'a évité la compassion aussi bien que l'énervement. J'ai flotté au-dessus de ces pages, comme les personnages flottent dans leur vie fictionnelle. Ils n'ont pas l'air de vivre. C'est sans doute ça, la vraie tristesse.

 

 

Les avis d'un grenier à livres, de Clarabel (de tous les fronts), et Cynthia.

 

 

Thèmes : famille / premières relations amoureuses / changement psychologique

 

 

[Petite mise à jour : après avoir vu le film sur la vie de Sagan avec Sylvie Testud, je ne sais plus trop quoi penser. Manisfestement, cela éclaire beaucoup sur l'oeuvre. Je pense me plonger dans des oeuvres plus tardives... Et pour ceux qui ont raté ce téléfilm passé ce soir sur Arte... trouvez donc un moyen de vous rattraper!]

Commenter cet article