"Un swing parfait" Jean-Paul Nozière

Publié le par Aurelie

Un swing parfait
Jean-Paul Nozière
Editions Syros, "Rat noir", 2009



Ugo, le frère de la jeune Eléna revient après une fugue de 6 ans qui l'a manifestement changé aussi bien physiquement que psychologiquement. Cependant, il est accueilli comme le fils prodigue, ses parents faisant bien attention de ne pas le contrarier, de peur de le voir repartir.


Bienvenue au Village, résidence surveillée et grillagée située dans les alentours de Dijon, où habitent des familles aisées aux enfants névrotiques. Nous sommes introduits dans la famille d'Eléna : le père, Antoine Jeunet, gérant de la résidence est un riche amateur de golf, passion qu'il tente d'imposer à son fils, qui finit par fuguer, las d'une vie qui ne l'intéresse pas. La mère, Manon, trop déprimée pour réagir, ne dit mot ; Eléna vit dans l'espoir de son retour.

Encore une fois, nous nous trouvons face à une intrigue policière qui a lieu en huis-clos, dans un univers très superficiel qui rappelle celui de Pascal Garnier dans Lune captive dans un oeil mort. Ce concept des gated communities, développé aux Etats-Unis, offre un décor idéal aux romans noirs. C'est dans une atmosphère absolument oppressante et chargée de menaces que se déroule l'intrigue du roman. L'impression d'enfermement est aussi bien présente à l'intérieur de la résidence qu'au sein même de la famille Jeunet où sont bannies les moindres allusions au frère disparu, où l'on doit toujours tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler.

Les personnages sont décrits avec force et authenticité, ce qui nous permet de nous immerger totalement dans le récit. On doute parfois sur le parcours du "revenant", parcours assez improbable en soi, mais nécessaire au déroulement de l'histoire. L'auteur, grâce à un style infaillible, fait durer le suspense jusqu'à la dernière minute,  jusqu'à la dernière page. Il se permet des incursions narratives dans le passé, des changements de points de vue, qui donnent l'illusion au lecteur de détenir les clés de l'affaire. Mais non! Car complètement absorbé par le pouvoir de manipulation du-dit Ugo, le dénouement est une surprise.

Jean-Paul Nozière nous offre donc un roman noir très fort, où le sujet de l'usurpation d'identité est abordé de manière pertinente et crédible. A conseiller à tous les amateurs du genre!
Je vous conseille également d'aller visiter son site Internet, qui recèle d'informations très intéressantes, notamment concernant la genèse de ses romans.

Les critiques de Clarabel et Otium.


Thèmes : roman noir / roman policier / relations familiales / gated communities / usurpation d'identité

Publié dans Polars jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mireille 19/03/2010 15:11


Je découvre à la fois votre blog et votre critique sur un roman que je viens de terminer et que j'ai bien aimé. (J'ai fait un lien.)


Aurelie 19/03/2010 16:16


Tant mieux! j'espère que vous repasserez par ici alors!


Loula 04/05/2009 18:28

Oui, je soutien à fonds!! Et en plus je l'ai acheté au salon du livre sur leur stand à eux directement (plus un autre livre) :-)

Aurelie 05/05/2009 19:57


L'autre c'est "La tombe du tisserand"? Parce que je l'ai lu aussi et j'ai beaucoup aimé.


Loula 03/05/2009 20:38

J'ai offert ta lecture en cours à mon amoureux, il a bien aimé. Moi je ne suis pas sure de le lire...

Aurelie 04/05/2009 14:50


Ah c'est bien! Tu soutiens une jeune maison d'édition au moins! C'est vrai que c'est un roman un peu brut, mais moi j'aime beaucoup pour le moment... On verra quand je serai arrivée à la fin!


faelys 03/05/2009 11:24

si ça te tente, je te tague pour découvrir tes marque-ta-page!! voir sur mon blog! bonne journée!

Aurelie 03/05/2009 12:23


Ok je vais essayer de relever le défi!


imaginair' 28/04/2009 11:26

Site intéressant que je découvre ce jour.
Je reviendrai.