"A la fraise" Hélèna Villovitch

Publié le par Aurelie

A la fraise
Hélèna Villovitch
Ecole des Loisirs, "Neuf", 2009



Un beau matin, David décide de changer de prénom. Désormais, il s'appellera Georges. Il en profite pour changer ses habitudes, comme manger de la glace à la fraise au lieu du chocolat. Il se fait également une nouvelle amie avec qui il modifie le monde, sans le faire exprès...



En voilà un court roman bien étonnant. Lu d'une traite, il m'a fait faire un aller-retour express vers un monde alternatif, et retour à la case départ.

La décision initiale de David tient beaucoup du caprice. Il change de prénom, ça a peut-être l'air bête, mais mine de rien, c'est la première chose qui nous définit. Et on pourrait se poser de sérieuses questions sur cette histoire de prénoms quand on voit ceux dont sont affublés ses amis : Anesthésie, Klaxon, Brouette ou même Zeugme! Doit-on y voir une légère critique sur ce besoin d'originalité très fashion qui veut qu'un enfant se démarque par son prénom? En tout cas, c'est un premier pas dans un monde où le fantastique fait de petites irruptions.

Je parle de fantastique au sens où l'entendait notre cher Tzvetan Todorov : l'insertion d'éléments extraordinaires voire surnaturels dans la réalité quotidienne. C'est tout à fait ce qui se passe avec ce roman. David-Georges se voit soudain comme une démiurge avec sa nouvelle amie Anesthésie : ils transforment leur quotidien grâce à des dessins, plus précisément des caricatures, qu'ils exécutent de leurs petits camarades... et qui deviennent réalité dès le lendemain.

Derrière cette aventure aux limites du rêve éveillé, on peut voir un mouvement de changement de soi, amorcé de manière capricieuse par David, mais qui aboutit finalement à de bonnes choses, même s'il ne se l'avoue pas tout de suite. Il découvre une nouvelle amie, ignorée jusqu'alors, il accepte ses différences, et finit par construire quelque chose avec elle, et aussi à devoir réparer les dégâts de leurs aventures! Car forcément, la situation leur échappe rapidement...

Bref, c'est avec un style léger et plein d'humour qu'Hélèna Villovitch nous transporte en vitesse lumière dans un univers décalé, parfois effrayant mais surtout extraordinaire.

Une courte critique de la librairie de l'eau vive.


Thèmes : fantastique / imaginaire / changement personnel / découverte autrui

*** *** ***

- Hello, mon grand David, a-t-il dit.
J'ai encore été obligé d'expliquer que ce n'était plus David, mais Georges.
- Ah, mais non! s'est exclamé mon père. Je ne suis pas d'accord. On n'a pas le droit de changer de prénom comme ça, du jour au lendemain. D'ailleurs, pourquoi Georges? A cause de ton admiration pour George W. Bush, pour Boy George, ou bien pour George Clooney?
    Je ne connaissais aucun des personnages historiques évoqués par mon père. Le nom du premier me rappelait vaguement quelque chose, mais il me semblait que ce n'était pas un héros très sympathique.
- Ce qui se passe, ai-je expliqué, c'est que je me suis réveillé ce matin et que je m'appelais Georges.
- C'est très intéressant, a admis mon père. Tu as de la chance d'avoir vécu une expérience aussi originale. Qu'est-ce que tu dirais d'aller consulter immédiatement un psychiatre?
P20

Publié dans Romans Jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MALNOUE 31/01/2011 18:20


A la fraise le livte a lair genial!!!!!!!!!!!!!


Muriele 15/05/2009 22:46

c'est vrai c'est bien écrit... mais finalement j'ai moyennement aimé : cela m'a laissé sur ma faim... le fantastique ok, mais la fin avec la depression de l'instit et les "conjonctions cosmiques" permettant lesdites perturbations par les enfants, m'a semblé alambiqué et une pirouette pas vraiment convaincante... dommage !

Aurelie 15/05/2009 23:13


C'est vrai, pour la fin! En même temps, plus je m'en approchais et plus je voyais le nombre de pages diminuer et je me disais "ils vont nous bâcler ça". J'en ai pris mon parti cela dit, je n'ai
gardé que le bon.