"Quand la banlieue dort" Benjamin et Julien Guérif

Publié le par Aurelie

Quand la banlieue dort
Benjamin et Julien Guérif
Editions Syros, "Rat Noir", 2009



Matthieu habite dans une banlieue de milieu aisé. Pour vérifier les fanfaronnades de certains de ses camarades, il a pris l'habitude de visiter les maisons du voisinage lorsqu'elles sont vides durant la nuit. Un soir, son meilleur ami Tristan veut l'accompagner dans la maison d'un camarade dont le père est avocat. Mais les choses prennent une tournure inhabituelle.


Je fais plein d'efforts! J'essaie de lire des romans noirs et policiers, car c'est vraiment un domaine de la littérature jeunesse que je ne connais pas suffisamment. Pour ce roman-ci, il n'y a pas eu besoin de faire beaucoup d'efforts...

Nous sommes plongés dans le quotidien de Matthieu, un adolescent sans doute un peu à part, malgré ce qu'il veut bien faire croire. Ses visites nocturnes lui permettent d'exercer une pression sur des jeunes gens qui se vantent un peu trop, c'est une manière de faire peur, de se faire respecter. Les personnages de ce roman sont très authentiques. C'est l'adolescence dans tous ses côtés : ses plus belles conneries, comme ses envies de maîtrise totale, jusqu'au dérapage.

L'intrigue est très simple : Matthieu commet une erreur, et passe son temps à la regretter. Cependant, tout l'intérêt se trouve dans les petits détails, les menus événements qui font peser jour après jour un peu plus le larcin qu'il a commis sur sa conscience. Matthieu, qui est le narrateur à la première personne, partage tout son stress et son angoisse avec le lecteur : la peur d'être poursuivi, ou que Tristan soit accusé à sa place, l'impression d'être dans un cul-de-sac. Les auteurs retranscrivent toutes ses pensées avec un style d'adolescent, parfois oralisé, sans l'être trop, un style qui, dans tous les cas, réussit à faire stresser le lecteur. Comme quoi, il n'y a pas forcément besoin de sang, de meurtres ou de tripes qui giclent pour ressentir de la tension. Tout tient au caractère réaliste de l'intrigue : c'est quelque chose qui pourrait arriver à n'importe qui.

En ce qui concerne le dénouement, je le trouve très bien joué! Car la chute n'apporte aucun soulagement, si on peut dire. Matthieu se retrouve face à l'avocat volé, dont le cynisme poussé à l'extrême est absolument insupportable. La morale finale est placée dans la bouche de ce personnage. C'est en effet d'une importance majeure que la morale soit placée dans la bouche d'un personnage complètement immoral, sans quoi, elle eût été d'une fadeur à mourir.

En bref, un bon roman noir que je conseille à tous.
Les critiques de Comptines et cie, et Clarabel (décidément... je promets que je ne copie pas sur elle!)


Thèmes : roman noir / roman ado

Publié dans Polars jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Loula 17/04/2009 20:34

En tout cas tu me donnes des pistes pour ce genre dont il est difficile de trouver de bons romans... Dans le genre noir tu as la collection DoAdo noir avec les deux Géraud qui sont très bons ( paraît il devrais je dire puisque je n'ai lu que la premier "je mourrai pas gibier") et un autre que je n'ai pas trop aimé et qui est entre le roman noir et le fantastique, mais que d'autres personnes ont beaucoup aimé "Being"

Aurelie 18/04/2009 09:19


Oui j'ai beaucoup entendu parler des Guéraud qui sont assez controversés. J'ai lu l'adaptation BD d'Alfred du roman que tu cites, qui est sortie il n'y a pas longtemps, et ça m'a déjà mise bien mal
à l'aise! D'ailleurs, dans ma médiathèque, on l'a mis dans les BD adulte. J'aime bien la collection Rat noir. Je viens d'en terminer un autre très bon dont je posterai bientôt une critique.
N'oublie pas que c'est un genre où je ne m'y connais pas du tout... ce ne sont que mes débuts!


Gaëllou 10/04/2009 12:39

Je viens à l'instant de le terminer et c'est vraiment surprenant la façon dont l'auteur nous tiens en suspens bien qu'il n'y ait ni meurtres ou enlèvements ou tout autre évènement habituel d'un roman policier.
Les sentiments des personnages sont bien cernées. Une bonne lecture ;-)

Aurelie 12/04/2009 12:18


Comme quoi, c'est fou tout ce qui peut se produire rien que par le style!


Lapinoursinette 08/04/2009 23:51

Ton "initiation" au roman noir commence fort on dirait!! brrr, on dirait ce genre de cauchemars où on a fait un truc ignoble (un meurtre par exemple) et où tout devient insupportable...jusqu'au réveil.

Aurelie 09/04/2009 07:51


Oui, sauf que là, il n'y a pas de meurtre, c'est beaucoup plus réaliste et donc c'est encore plus frappant. C'est vrai qu'il m'a fait de l'effet ce livre.


Clarabel 06/04/2009 15:11

Disons que nos intérêts se rejoignent souvent... c'est bien ! :)

Beaucoup de stress, chez moi aussi, à lire cette histoire, avec un personnage (celui de l'avocat) vraiment bien flippant.

Aurelie 07/04/2009 19:29


Oui, c'est très impressionnant. Je me suis arrêté de le lire pour dîner, et en faisant la vaisselle, j'ai failli casser des verres tellement je me sentais tendue! J'avais hâte de pouvoir le finir
:D Je m'attendais pas à aussi bien alors j'étais contente ^^