[XXe] "Franny and Zooey" J.D. Salinger

Publié le par Aurelie

Franny et Zooey

"Merde, dit [Zooey], je dis merde à tous les étudiants en souliers blancs qui éditent eux-mêmes la revue littéraire de leur université. Je préfèrerais un véritable escorc tous les jours de la semaine." Mme Glass coula un long regard, un regard, chose étonnante, plein de compréhension, vers le profil de Zooey. "C'est un jeune homme qui n'est pas encore sorti de l'université, et tu mets les gens mal à l'aise, dit-elle d'une voix égale. Ou bien les gens te plaisent ou bien ils ne te plaisent pas. S'ils te plaisent, tu parles sans arrêt et personne ne peut placer un mot. Et quant tu n'aimes pas quelqu'un, ce qui est extrêmement fréquent, tu restes assis comme l'imae de la mort et tu laisses l'autre parler, parler, jusqu'à ce qu'il s'enferme."



"Je me moque du lieu que l'acteur choisit pour jouer. Ca peut être aussi bien dans une tournée estivale, à la radio, à la télévision, dans un foutu théâtre à Broadway, le théâtre parfait rempli de snobs bien nourris et bronzés. Mais je vais te confier un secret terrible... Tu m'écoutes? Il n'y a personne dans ce théâtre qui ne soit la Grosse Dame de Seymour! Et ton professeur Tupper est du nombre, soeurette. Et tous ses cousins, ses légions de cousins. Il n'y a personne au monde qui ne soit la Grosse Dame de Seymour. Tu ne le savais pas? Tu ignorais cette saloperie de secret? Et tu ne savais pas -- écoute)moi bien s'il te plaît -- tu ne savais pas qui est cette Grosse Dame?... Ah! soeurette, ah! C'est le Christ Lui-même. le Christ, soeurette!"

1962

Publié dans Anthologie personnelle

Commenter cet article